Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

S’adapter à la diversité : un questionnaire contre les Corses !

S’adapter à la diversité : un questionnaire contre les Corses !

Communiqué de Anthony Escobar Zannini, coordinateur du FNJ Corse, Membre du Bureau national du Front National de la Jeunesse, Secrétaire territorial  de la section Corse du Collectif Marianne, Secrétaire FN de la 2eme circonscription de Haute Corse, Membre du Bureau Territorial du FN Corse.

Ce mois de Mars 2017 a été marqué par une polémique autour du questionnaire commandé à l’ESPE (École Supérieure du Professorat et de l’Education) par la présidence de l’assemblée de Corse,et qui aurait permis de quantifier la « diversité » au sein de la jeunesse Corse. La mise en déroute du projet par la présidence de l’Exécutif et le Recteur d’Académie laisse supposer que le président de l’assemblée a délibérément ignoré les autorités seules compétentes en matière d’éducation..

Le caractère intrusif de ce questionnaire suscite des interrogations, notamment sur la laïcité, l’éthique et le droit à la vie privée. En effet on peut trouver dans ce document des questions sur la langue, les habitudes alimentaires, les pratiques religieuses des foyers dans lesquels résident les jeunes sondés ; ainsi que des questions très ciblées ou l’on cherche à trouver des victimes d’hypothétiques discriminations de la part des corses (couleur de peau, accent, origines, rang social, etc.). De plus ce document se trouve être d’une pertinence et d’une utilité plus que douteuses car, jusqu’à un passé récent, celles et ceux qui se sont installés en Corse se sont très rapidement assimilés et sont ainsi devenus les garants et les transmetteurs de notre culture et de nos coutumes.

Cependant, depuis quelques années, le mondialisme, le multiculturalisme, le vivre-ensemble, la culture de la différence, qui se résument dans le concept mortifère de « communauté de destin », auquel nous préférons celui de « communauté du vécu », mettent à mal cette assimilation naturelle. On peut constater que l’affaire a été localement assez vite enterrée. Quelques protestations d’usage pour la forme et on est vite passé à autre chose.

Rappelons qu’une affaire similaire à Béziers, dont le maire, Robert Ménard, annonçait un pourcentage élevé d’élèves de confession musulmane dans les écoles, avait déclenché l’hystérie des associations bien-pensantes et les procès en sorcellerie. Pour la Corse, il est évident que la collusion et la complicité des uns avec les autres n’échappent plus à personne et expliquent probablement le traitement différencié des affaires.

La seule question à laquelle nous devons répondre aujourd’hui est la suivante : voulons-nous d’un multiculturalisme qui entraînera l’éclatement de nos sociétés et par conséquent la disparition de nos cultures traditionnelles ou voulons-nous une vraie assimilation garante de la transmission de nos us et coutumes ? Que ce soit d’un pays à un autre ou d’une région à une autre, il est impératif que celui qui arrive s’adapte à l’endroit où il s’installe … et non le contraire.

 

    API Twitter non configurée.