Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Les « blocus pour Théo », manifestations violentes contre les policiers.

Les « blocus pour Théo », manifestations violentes contre les policiers.

Communiqué de presse de Manon Bouquin, du FNJ de Paris :

Ce jeudi matin, une dizaine de lycées parisiens, sur la centaine que compte la capitale, étaient bloqués au moyen de poubelles renversées, parfois enflammées, et de divers autres mobiliers urbains afin de protester contre les soi-disant « violences policières ». Malgré l’avertissement de la préfecture de police, qui rappelait qu’elle n’avait délivré aucune autorisation de manifestation, plusieurs centaines de lycéens se sont ensuite donné rendez-vous Place de la Nation, où ils prennent actuellement à partie les forces de l’ordre en les insultant et en les caillassant.

Cette mobilisation est à l’initiative de plusieurs groupuscules d’extrême-gauche, à commencer par le «  Mili » (Mouvement Inter Luttes Indépendant), crée à l’automne 2013 en soutien à Léonarda, la collégienne clandestine expulsée, et qui, depuis, a fait des actions lycéennes de dégradations de l’espace public et de violences scandaleuses contre les policiers sa spécialité.

Le Front National de la Jeunesse de Paris déplore que des jeunes se laissent encore manipuler par ces associations anarchistes en mal de sensations fortes, et conseille à ses jeunes compatriotes de retourner réviser le baccalauréat plutôt que de chercher n’importe quels prétextes pour ne pas aller en cours. La jeunesse patriote rappelle son soutien sans faille à la Police Nationale, dont nous savons l’immense majorité de ses membres exemplaires. Nous connaissons le rude travail que ceux-ci accomplissent chaque jour, dans des conditions de plus en plus difficiles, pour assurer sécurité de nos concitoyens, et nous les en remercions. Nous leur assurons enfin que, Marine Le Pen élue présidente de la République, les forces de l’ordre bénéficieront du respect et de la considération publics qu’elles méritent.

    API Twitter non configurée.