Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Crise de l’agriculture : la colère est dans le pré !

Crise de l’agriculture : la colère est dans le pré !

Communiqué de Julie Apricena, Membre du Bureau national du FNJ, Secrétaire départementale du FNJ Cher :

Après seulement quelques mois d’accalmie, les manifestations d’agriculteurs se multiplient à travers toute la France. Quoi de plus normal et prévisible dans la mesure où le gouvernement n’a rien réglé. En effet Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture à cru bon que donner des aides temporaires et insuffisantes, suffirait à calmer la colère légitime de toute une profession. Il n’en est rien, bien au contraire. La crise est plus que jamais présente.

Le message des agriculteurs est pourtant clair : pouvoir vivre décemment du fruit de leur travail. Une chose que le PS et son frère jumeau UMP alias « Les Républicains » n’arrivent pas et surtout ne veulent pas comprendre. Car cela serait reconnaître leurs responsabilités et remettrait en cause leur servilité sans limites à l’Union Européenne.

Si la situation est si catastrophique, c’est bien par le résultat de leurs choix politiques qui nous ont fait perdre des pans entiers de notre souveraineté en matière agricole notamment ; nous mettant ainsi en concurrence déloyale avec des pays comme l’Allemagne dont les fermes usines prennent de plus en plus d’ampleur, tout en exploitant une main d’œuvre sous-payée grâce au système des travailleurs détachés. Sans compter l’embargo russe et les normes de réglementations sans cesse changeantes. Mettant ainsi à mal nos petites exploitations qui font la richesse de notre pays, mais qui ne peuvent faire face aux dépenses des remises en conformité d’une bureaucratie déconnectée des réalités.

Ce système n’a eu pour seul effet que de broyer notre modèle agricole et de la détruire. Rappelons qu’au-delà de l’aspect financier, près de 600 agriculteurs mettent fins à leurs jours chaque année en France. Cette situation n’est pas le fruit du hasard, mais bien un symptôme cruel que vit notre agriculture. Jusqu’où ira l’hémorragie ?

Quoi qu’il en soit, il n’y a rien à attendre de ce gouvernement hormis quelques mesurettes cosmétiques qui ne régleront rien sur le long terme. Il y a d’ailleurs fort à parier malheureusement, que la situation puisse empirer, notamment avec le « traité transatlantique » dit « TAFTA » que l’RPS veut nous imposer dans le silence le plus total. Contrairement à eux, le Front National entend mener le bras de fer face à Bruxelles avec comme seul intérêt celui des Français.

Pour sauvegarder notre agriculture, nous proposons quelques mesures de bon sens comme :

– Quitter les discussions autour du TAFTA,

– La mise en place de l’étiquetage obligatoire (provenance des viandes …),

– de limiter l’afflux de produits étrangers

– de favoriser l’accès des producteurs nationaux aux marchés publics

– de pratiquer une forme intelligente de protectionnisme agricole pour permettre aux filières en péril de se rétablir.

    API Twitter non configurée.