Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Valence: quand l’insécurité s’élève à un niveau jamais atteint.

Valence: quand l’insécurité s’élève à un niveau jamais atteint.

Communiqué de presse de Tristan Thomas, Secrétaire départemental du FNJ Drôme :

Selon la chaîne de télévision I-télé, un homme possédant la double nationalité (franco/tunisienne) a foncé en voiture sur plusieurs militaires dans le quartier de Fonbarlettes à Valence. Malheureusement ce qui vient de se passer n’est que le résultat d’événements qui se succèdent et qui font monter à chaque fois le niveau de violence : 22 mars 2015 des coups de feu ont été tirés, toujours dans ce même quartier, dans la nuit du 8 au 9 juillet 2015 des militaires ont été caillassés.

La volonté d’éliminer les militaires présents sur Valence n’est que la conséquence du laxisme des gouvernements qui se succèdent : suppression des peines planchers, mise en place de la «contrainte pénale», remises de peine de prison et non-application de peine de prison, 12 000 postes de policiers et de gendarmes supprimés sous Sarkozy. Alors stop au bla-bla et aux lois laxistes, les français ne veulent pas des paroles et des lois molles mais des actes et un retour à un Etat qui protège !

Monsieur Daragon a bon jeu de commenter ce qui vient de se passer … Ce résultat est aussi celui de sa politique ! Alors, Monsieur le Maire, pas de commentaire s’il vous plaît vous êtes bien mal placé pour en faire.

Pour autant l’insécurité n’est pas une fatalité et des solutions existent – comme la reconstitution des effectifs de police supprimés depuis 2005, l’arrêt des flux migratoires (le lien entre l’insécurité et l’immigration n’étant plus à prouver), la fin du système des remises de peine et de la non-application des peines de prison ou encore la déchéance de nationalité pour les binationaux qui commettent des crimes graves.

Nous adressons tout notre soutien aux militaires touchés par cet acte de délinquance et souhaitons un bon rétablissement au militaire blessé.

    API Twitter non configurée.