Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Attaque à bord du Thalys : combien vous faudra-t-il d’attentats perpétrés avant d’agir ?

Attaque à bord du Thalys : combien vous faudra-t-il d’attentats perpétrés avant d’agir ?

Communiqué de Julie Apricena, Membre du Bureau national du FNJ, Secrétaire départementale du FNJ Cher :

Ce 21 août, notre pays a malheureusement encore été le théâtre d’une attaque terroriste. C’est peu avant 18h00 qu’à bord du train Thalys reliant Amsterdam à Paris, qu’un homme sort armé d’une kalachnikov des toilettes. Un jeune homme croisant sa route essaie de le maîtriser. Des coups de feu retentissent, c’est alors que trois ressortissants américains et un britannique se jettent sur l’auteur de la fusillade et parviennent à l’immobiliser. Le bilan s’élève à trois blessés, qui sans le courage des passagers aurait été bien plus lourd. Le nom du tireur ne sera connu que plusieurs heures plus tard : il se nomme Ayoub el-Khazzani.

Ce jeune marocain de 26 ans est venu se rajouter aux Kouachi, Coulibaly, Ghlam et Sahli qui ont frappé notre pays depuis le début de l’année. Tout comme ses prédécesseurs, il était également fiché comme appartenant à la « mouvance de l’islamisme radical ». Ce qui ne les empêche nullement de circuler librement au sein de l’Union européenne, et de notre pays jusqu’à ce qu’ils frappent et que notre gouvernement ne s’étonne de cette situation en minimisant la menace au point de ne pas la nommer.

Aujourd’hui, il est temps d’agir, car la chance n’est pas une mesure antiterroriste. Ces actes sont les résultats du laxisme, de la faiblesse des gouvernements UMPS (RPS) en matière d’immigration, de communautarisme et de sécurité. Ces personnages ne sont que la partie émergée de l’iceberg islamiste. Ce n’est pas non plus avec un site internet et un numéro vert SNCF existant depuis déjà 2010 que nous endiguerons les menaces présentes sur notre territoire.

Le Front National est le seul mouvement à vouloir agir de façon ferme et concrète en proposant notamment :

– l’expulsion de tous les délinquants étrangers

– la maîtrise de nos frontières

– le contrôle strict des mouvements politico-religieux; notamment dans les prisons

– la fermeture des mosquées salafistes

– la déchéance de la nationalité (pour les binationaux) partis faire le Jihad

– la reconstitution des effectifs de police, de gendarmerie et militaire détruits depuis 2005

    API Twitter non configurée.