Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Toulousains, ne comptez pas sur Moudenc : les Roms sont sa priorité !

Toulousains, ne comptez pas sur Moudenc : les Roms sont sa priorité !

Tribune libre de Nicolas Grigner, Secrétaire Départemental-Jeune du FNJ Haute-Garonne :

11778038_993696017337388_1610425104_n

« Le mensonge n’est bon à rien, puisqu’il ne trompe qu’une fois. » disait Napoléon Bonaparte. Jean-Luc Moudenc, Maire « Les Républicains » de Toulouse, ment pourtant une fois de plus à son électorat.

Élu, en mars 2014, suite au rejet massif de la politique menée par Pierre Cohen (PS), il a déjà montré à plusieurs reprises son mépris des Toulousains. Après l’augmentation massive des impôts, le maire de Toulouse, par la voix de Daniel Rougé dans la presse locale, annonce la création d’un second village « d’insertion » pour les Roms dans le quartier de Paléficat (Nord-Est de Toulouse). Il s’inscrit donc dans la continuité catastrophique de son prédécesseur socialiste, vérifiant ainsi le passage de l’UMPS au RPS. Le nom change, mais pas les idées.

Le maire de Toulouse montre une fois de plus son vrai visage : il appartient à cette droite immigrationniste, « eurogaga », et communautariste. Cette création de village « d’insertion » pour Roms – futur bidonville -, le financement d’associations communautaristes, et les mesures communautaristes de cette municipalité, mettent en exergue l’incohérence de Jean-Luc Moudenc : le choix des étrangers avant les intérêts des Toulousains. Le Front National de la Jeunesse de la Haute-Garonne très inquiet face à l’idéologie néfaste de M. Moudenc tire la sonnette d’alarme : quid de nos étudiants, de la jeunesse toulousaine, de la précarité chez nos jeunes, du chômage touchant essentiellement la jeunesse et de son avenir ?

La précarité faute de logements touche un million de jeunes en France selon INJEP, et les moins de 24 ans représente 44% des personnes précaires. Ici, la ville de Toulouse ne compte que 8530 logements CROUS, pour plus de 120 000 étudiants. 50% des étudiants ne vivent qu’avec 400 euros par mois, et sont 34% à renoncer aux soins faute de moyens. Quand Jean Luc Moudenc s’occupera-t-il d’eux plutôt que de consacrer temps et ressources aux Roms ? Le village Rom, selon Daniel Rougé, est crée pour que ceux-ci trouvent de l’emploi. Fort bien mais qu’en est-il de nos jeunes ? Il y a, rappelons-le, 23 496 chômeurs de moins de 26 ans, avec une augmentation de +4,1% en Haute Garonne (+3,5% en Midi-Pyrénées).

Le Front National de la Jeunesse de la Haute-Garonne demande au maire de Toulouse, d’annuler ce projet communautariste et injuste, tout comme les financements des associations communautaires. Nous souhaitons que M. Moudenc s’occupe en priorité des jeunes toulousains, des étudiants, qu’ils veillent au bon vivre de la jeunesse pour qu’elle puisse s’insérer dans le monde du travail plus facilement, qu’il lutte contre la précarité, mais aussi contre l’insécurité dont la jeunesse fait face quotidiennement. Le slogan que nous portons est « les Français d’abord » c’est pourquoi la priorité nationale doit être un des engagements de la municipalité. Le Front National de la Jeunesse de la Haute-Garonne sera auprès des habitants du quartier de Paléficat pour montrer son soutien contre ce village Rom, mais compte aussi être le fer de lance de la jeunesse du département contre cette classe politique qui les méprise bien trop souvent.

« Si le sourd n’a pas entendu le tonnerre, il verra bien la pluie » dit l’adage. Le Front National de la Jeunesse de la Haute-Garonne rappelle donc à Jean-Luc Moudenc l’échec de son parti aux élections départementales et lui prédit un semblable résultat aux régionales.

    API Twitter non configurée.