Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Le chômage des jeunes poursuit sa folle ascension !

CEDRIC PELE

Le chômage des jeunes poursuit sa folle ascension !

Tribune de Cédric Pelé, Secrétaire départemental du FNJ du Loir-et-Cher :

Les chiffres du chômage de mars 2015 sont tombés : ces derniers affichent une hausse généralisée qui concerne, une fois de plus, toutes les tranches d’âges en catégorie A-B-C : 0,6% chez les moins de 25 ans (+3,7% sur un an), 0,5% chez les 25-49 ans (+6,5% sur un an) et 0,6% pour les 50 ans et plus (+9,5% sur un an). Les multiples solutions conjoncturelles proposées aux jeunes (contrats de génération, contrats d’avenir, contrats aidés, …) mis en place par le gouvernement, et pour lesquelles François Hollande s’était déplacé au CFA de Blois en 2013 – afin de résoudre un problème d’envergure structurelle – affichent clairement leurs limites : dans le Loir-et-Cher, le chômage explose avec une hausse de 2,6% pour les moins de 25 ans sur un mois.

Le gouvernement, lui préfère laisser entendre à travers un rapport qu’il a commandé auprès de France Stratégie, une possible reprise de l’activité économique avec une prévision médiane de 177 000 emplois créés par an en tenant compte d’une croissance de 1,8%. Or, il s’avère qu’actuellement, les derniers indicateurs ne permettent pas de s’assurer qu’elle dépassera 1% en 2015 quand il en faudrait 1,5% pour recréer de l’emploi en raison des 800 000 jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année. Alors que la jeunesse est soumise à un chômage de plus en plus massif, Holland préfère empiler les « boites à outils » dont le seul effet est de maintenir nos jeunes générations dans une détresse sans précédent.

Le Front National de la Jeunesse tient à rappeler que seuls les changements majeurs qu’initiera Marine le Pen une fois au pouvoir, permettront aux jeunes d’espérer un avenir meilleur, notamment par la création d’un cursus d’apprentissage professionnel au collège dès 14 ans pour lutter contre l’échec scolaire.

Enfin sur un plan macro-économique, la fin de la monnaie unique européenne au profit d’une monnaie nationale qu’il sera alors possible de dévaluer autant que nécessaire pour rendre nos entreprises compétitives, la protection de nos marchés nationaux en difficulté soumis à la libre-concurrence sauvage, s’avèreront plus que nécessaire tout comme la suppression des pompes aspirantes de l’immigration ou du regroupement familial appréciés en sous-main par le MEDEF pour peser à la baisse sur les salaires et forcer les jeunes à s’installer dans une précarité insupportable.

    API Twitter non configurée.