Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Aurélie Chatelain, jeune fille de France, victime du fondamentalisme islamiste et du laxisme de nos dirigeants.

Aurélie Chatelain, jeune fille de France, victime du fondamentalisme islamiste et du laxisme de nos dirigeants.

Tribune libre de Véronique Fornilli, Adjointe à la Direction nationale du Front National de la Jeunesse : 

Dimanche dernier, Aurélie Châtelain, 32 ans, a été assassinée dans sa voiture à Paris. Le meurtrier présumé est Sid Ahmed Ghlam, un étudiant algérien en informatique, âgé de 24 ans, aussi soupçonné d’être un islamiste radical qui aurait eu le projet d’un attentat dans deux églises à Villejuif. Il serait arrivé en France en 2009 dans le cadre du regroupement familial et aurait été repéré et fiché par les services de renseignement dès 2014 mais aurait pu se maintenir malgré tout sur le territoire français en toute légalité, bénéficiant même d’une bourse d’étude. Alors que « notre pays fait face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé par sa nature et son ampleur » d’après notre Premier Ministre, et qu’une jeune femme, mère d’une petite fille de 5 ans, ancienne conseillère municipale de Caudry dans le Nord a perdu tragiquement la vie, il convient de s’arrêter sur la responsabilité dans ce drame et tous ceux qui l’ont précédé de l’islamisme radical, mais aussi et surtout de celle de nos gouvernants.

En effet, les gouvernements d’aujourd’hui, comme ceux d’hier dont les promesses de fermeté sont restées de vaines paroles jamais suivies d’actes, portent une responsabilité indéniable dans la montée de l’islamisme radical en France et la multiplication des attentats ou des tentatives d’attentats touchant l’ensemble des Français. En s’attaquant à des symboles de l’autorité de l’Etat comme la Police ou l’armée, à ceux de la liberté d’expression, tradition fondatrice de la République française, et à des lieux de cultes qu’ils soient juifs ou catholiques, l’islamisme radical fait régner un climat de peur chez l’ensemble de nos concitoyens et nos dirigeants ne font preuve face à cet inquiétant phénomène que d’un angélisme indécent dans les discours et d’un laxisme coupable dans les actes.

Face à la menace islamiste, ni le gouvernement socialiste, ni la pseudo opposition menée par Nicolas Sarkozy qui porte à travers son bilan en matière d’immigration comme de politique judiciaire une part non négligeable de responsabilité dans notre situation actuelle, ne proposent les mesures fortes et courageuses que les circonstances exigent et que les français attendent désespérément.

En réclamant de retrouver la maitrise de nos frontières cédée à Bruxelles par les élus de l’UMP et du PS main dans la main, en supprimant les pompes aspirantes de l’immigration, en apportant une réponse ferme aux dérives communautaires et en appliquant une politique de tolérance zéro à tous les discours prônant la haine de la France et le recours à la violence, que ce soit dans les prisons ou les lieux de culte, seul le Front National identifie et tente de combattre les causes du développement du fondamentalisme islamiste. En réclamant d’abroger les lois Dati de 2009 et Taubira de 2014 et de mettre fin au laxisme judiciaire, d’augmenter les moyens donnés à la Police et aux services de renseignement et de réorienter notre politique étrangère afin de cesser de vendre des armes à des gouvernements qui soutiennent le développement de l’intégrisme islamiste dans le monde, seul le Front National se donne les moyens d’enrailler la montée de l’islamisme. En proposant des mesures fortes comme l’expulsion des étrangers identifiés comme de potentiels terroristes par les services de renseignement ou la déchéance de nationalité pour les djihadistes binationaux et leur interdiction de revenir sur le sol national, seul le Front National apporte des solutions précises et efficaces au fléau qu’est la montée du terrorisme islamiste dans notre pays.

    API Twitter non configurée.