Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Être au FNJ, c’est être républicain !

10858550 862084517165206 3233048052289296490 N

Être au FNJ, c’est être républicain !

Tribune libre de Nicolas Grigner, militant du FNJ de Haute-Garonne, de l’Aude et responsable du Collectif Marianne pour le campus universitaire toulousain :

Le second tour des élections est là. Les cadres de l’UMP et du PS refusant le débat face au FN sur les sujets de fond (sauvegarde de nos départements, respect de la laïcité, création d’emploi, services de proximités…) préfèrent -et tout particulièrement le Parti socialiste- de donner des brevets de vertu, de dire qui est ou n’est pas républicain. Dans la stigmatisation du premier parti de France, Manuel Valls, raconte à qui veut bien l’entendre que le Front National n’est pas républicain. Mais qui est réellement républicain entre le parti des patriotes et la caste de l’UMPS ?

Il convient alors de définir ce qu’est être républicain. Par essence c’est être pour la République et, en ce sens historique, c’est une évidence, tous les partis qui sont en concurrences pour les différentes élections sont républicains. Mais depuis la disparition politique de la monarchie, le sens « républicain » prend un autre sens.

Ainsi, être républicain c’est chérir la République, la Vème République, qui reconnait la Constitution du 4 octobre 1958. Aimer les valeurs de la République comme l’hymne nationale (qu’on ne peut considérer comme un « karaoké d’estrade » confer Christiane Taubira), la devise « Liberté, Egalité, Fraternité », la France, son histoire, le respect de ses lois, de la laïcité, de sa constitution… Ici nous pouvons voir que le Front National n’a pas de leçons à recevoir sur ces sujets puisque nous aimons tout ceci, et nous respectons d’autant plus que n’importe qui les valeurs et l’esprit de la Vème République. Cet esprit de la Vème République, qui est un ensemble de valeurs gaulliennes, nous la retrouvons dans la constitution ou la souveraineté est une question importante, ainsi que la voix du peuple.

Elle dispose que « la Souveraineté nationale appartient au Peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » (art. 3). Elle pose le principe de la République comme étant le « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » (art. 2). Le respect de la laïcité, le principe de méritocratie, le respect de la souveraineté populaire et nationale (…) sont des fondements de la République. Or pour donner des leçons de morale, il convient de se les appliquer à soit même.

Comment ne pas parler de la République sans parler de la souveraineté nationale qui appartient au peuple, par la voie du référendum (art. 3). En 2005,  la traîtrise des deux grands partis UMP et PS est entière – lorsque ceux-ci n’ont pas respecté l’avis du peuple sur le référendum pour la constitution européenne, ne respectant pas la Constitution. Un gouvernement qui ne sait respecter la constitution est-il vraiment républicain ? Nous remarquerons ici que le Front National, par son programme, veut mettre en place des référendums notamment sur l’euro et l’union européenne pour redonner la parole au peuple, ce qui est l’esprit de la Vème République.

Nous pouvons parler aussi comme l’a rappelé Florian Philippot dans sa tribune « Vous avez dit républicain ? » la proposition du ministre de la Ville M. Kanner de « politiques positivement discriminantes » ? Qui est contraire à la méritocratie, fille de l’égalité républicaine ?

Qui défend et rappelle les dérives communautaristes, et religieuses dans notre pays ? Certainement pas le gouvernement trop occupé à stigmatiser le Front National qui à l’inverse rappelle ces dérives. Nous attendons toujours du gouvernement le respect de la laïcité dans le supérieur comme l’a indiqué le Collectif Marianne dans sa campagne sur ce sujet. On peut parler du financement de l’état pour des lieux de cultes, pour des associations religieuses et communautaires qui est en dehors des principes républicains.

Nous pouvons enfin parler de la perte de souveraineté, de frontières, d’instances qui décident à la place de l’Etat et du peuple français. Ainsi les décisions ne se prennent plus en France mais à Bruxelles. Ce qui est encore une fois contraire aux principes de la République. Ces réformes rappelons le sont la volonté de l’UMP et du PS, qui voit la France petite, et incapable, quand les patriotes la voit grande et forte : comme le disait Charles De Gaulle « La France ne peut être la France sans sa grandeur ».

Pour toutes ces raisons, nous n’avons aucune leçon de républicanisme à recevoir de partis comme le PS et l’UMP. Nous sommes autant, si ce n’est plus républicains qu’eux, et attachés aux valeurs de celle-ci. Nous, Jeunesse de France, nous sommes plus que jamais les défenseurs de la République, de ses valeurs, tels que la méritocratie, la laïcité, l’amour de la Patrie, la défense de la souveraineté, le respect du Peuple.

En conclusion, nous conseillons à Manuel Valls de relire la constitution, et d’écouter Eugène Marbeau, « faire la leçon aux autres n’est pas de la franchise, mais de l’orgueil ». Car son appel à la stigmatisation est véritablement anti-républicain.

 

    API Twitter non configurée.