Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Une journée de la femme pour mieux taire l’insécurité qui nous frappe 365 jours par an.

11041504 899607910090322 813406115 N

Une journée de la femme pour mieux taire l’insécurité qui nous frappe 365 jours par an.

Communiqué de Véronique Fornilli, Adjointe à la Direction nationale du FNJ, Secrétaire départementale du FNJ 77 :

Aujourd’hui, dimanche, 8 mars, a lieu, comme chaque année, la journée de la femme.
Cette date donne lieu à pléthore d’articles de presse, d’interventions de responsables politiques et associatifs dénonçant le sexisme dans la société française, comme si cet étalage de bons sentiments pendant une journée pouvait effacer les 364 autres jours dans l’année où nos responsables politiques se désintéressent du premier fléau qui touche les femmes en France : l’insécurité.

Tandis que, chaque année, 75 000 viols et près de 200 000 tentatives sont commis dans notre pays, tandis qu’une française meurt tous les 3 jours sous les coups de son conjoint, tandis que seul 10% de victimes de viol osent porter plainte, que seul 1% des violeurs sont condamnés et que 1 victime de violences conjugales sur 5 garde le silence, ce n’est pas seulement un jour par an qu’il faut se pencher sur la condition des femmes dans notre pays.

Les beaux discours sur les droits des femmes, prononcés par les responsables même du laxisme judiciaire qui abandonne les femmes françaises à la folie des récidivistes, ne doivent pas faire oublier l’insécurité qui les touche chaque jour de l’année. C’est tous les jours qu’il faut appliquer une politique de tolérance zéro vis-à-vis des délinquants et des criminels dans notre pays.
Les femmes n’ont pas besoin d’une journée dans l’année où on les commémore comme des victimes d’une guerre perdue d’avance, mais elles ont besoin d’être défendue au quotidien par des pouvoirs publics soucieux de garantir le premier de leur droit : le droit à leur sécurité.

    API Twitter non configurée.