Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Edito du lundi 26/01/2015 : Victoire de Syriza : l’éveil du Peuple, contre le diktat bruxellois.

Edito du lundi 26/01/2015 : Victoire de Syriza : l’éveil du Peuple, contre le diktat bruxellois.

Edito du lundi 26/01/2015, par Gaëtan Dussausaye, Directeur national du Front National de la Jeunesse : Victoire de Syriza : l’éveil du Peuple, contre le diktat bruxellois.

CP-grece

Bien que largement pressentie, la victoire du parti d’Alexandre Tsipras, Syriza, aux élections législatives grecques, ce dimanche 25 janvier, bouscule –enfin- les projets des technocrates de Bruxelles.

Continuellement agressé et malmené par les cures d’austérité à tout va, imposées par l’Union européenne, le peuple grec a su se saisir de cette occasion électorale pour faire triompher l’intérêt des peuples avant celui des banques et des ténors du mondialisme. Une victoire à laquelle s’est évidemment jointe la jeunesse grecque, et ce avec raison.

En effet, frappée de plein fouet par les politiques austéritaires mises en place maintenant depuis plus de deux ans, avec les effets dévastateurs que nous leur connaissons – un jeune sur deux au chômage, 59,6% des 18 à 34 ans contraints de rester au domicile parental, fuite vers l’étranger, explosion du nombre de suicides, etc … – la jeunesse grecque s’est consciemment associée à ce sursaut populaire réclamant la fin de l’ingérence bruxelloise sur leur politique nationale, la fin d’un système technocratique et anti-démocratique.

Bien que nous pouvons partager quelques différences d’ordre programmatique avec le parti de Syriza, à commencer par les thèmes liés à l’immigration, le Front National de la Jeunesse se réjouit d’une telle victoire. De ces résultats doit désormais succéder un véritable débat national sur la critique de la raison européenne, sur la défense des souverainetés nationales et populaires à l’insu du fédéralisme européen, sur les bienfaits d’un retour aux monnaies nationales adaptées à la diversité et à la pluralité des modèles et des attentes économiques de chaque pays.

Mais ce débat doit même s’engager au-delà du simple prisme européen. En effet, un jour après sa victoire, Tsipras, leader d’un mouvement dit d’extrême gauche, n’a pas hésité à s’allier avec la droite souverainiste grecque dans l’objectif de constituer un gouvernement national. Une alliance, un rapprochement qui doit très certainement agiter l’esprit de quelques-uns, ici en France.

En agissant ainsi, Tsipras a révélé au grand jour, que oui, il est possible de mettre en pratique la destruction de ce faux clivage gauche-droite, maintenu de manière pleinement artificielle par une caste médiatique et politique à bout de souffle, pour alors donner vie au réel clivage qui traverse aujourd’hui l’ensemble des pays européens : ce clivage opposant ceux qui croient en leur Nation, en leur Patrie, en la primauté de l’intérêt des peuples, à ceux qui veulent dépasser les Etats-Nations pour mieux les détruire, ignorer les voix populaires, se fondre pleinement dans le fédéralisme européen et le mondialisme.

C’est donc la main tendue que nous nous adressons à l’ensemble des patriotes et des souverainistes de France. Peu importe que vous veniez de la gauche ou de la droite. Peu importe que vous ayez, un jour, cru en un discours sécuritaire d’un Nicolas Sarkozy, ou aux promesses non-tenues de justice et de progrès sociaux d’un François Hollande.

Parce que l’intérêt du Peuple, de la Nation, de la France prévalent plus que toute autre chose : à l’image de ces beaux jours que connaît la Grèce, patriotes, souverainistes, unissons-nous !

    API Twitter non configurée.