Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Alstom : Montebourg n’a presque rien sauvé mais fait semblant d’avoir gagné

Alstom : Montebourg n’a presque rien sauvé mais fait semblant d’avoir gagné

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Le gouvernement emmené par Arnaud Montebourg déclare qu’il a réussi à sauver notre fleuron industriel Alstom.

Quand on regarde dans le détail, General Electric reprend 100% des turbines à gaz et vapeur d’Alstom et obtient la moitié des turbines destinées au nucléaire français. Les éoliennes terrestres, l’énergie solaire et la géothermie passent aussi sous contrôle de l’américain. Les centrales hydroélectriques et les éoliennes en mer sont partagées à 50% tout comme les réseaux électriques.

En contrepartie de cette capitulation presque totale, Alstom récupérera les activités de signalisation de General Electric pour renforcer sa branche transport. Que disent les analystes d’une société comme Deutsche Bank de cette opération : « « Même avec les coentreprises, GE termine avec la part du lion des actifs énergie d’Alstom, qui incluent l’hydraulique, la vapeur et les turbines à gaz, et qui sont utilisés à travers toute l’Europe ».

Dans ce schéma, l’Etat Français pourra acheter 20% du capital d’Alstom dépecé! Il faudrait payer pour une opération aussi piteuse ! On rappellera qu’Alstom est une entreprise rentable au carnet de commandes étoffé et non un malade qu’il faut sauver.

Le Front National demandait tout simplement que la Caisse des Dépôts et Consignation, bras financier de l’Etat, achète les 30% d’Alstom détenu par Bouygues pour environ 2.5 Milliards d’euros et empêche ainsi l’OPA de l’américain sur notre fleuron industriel. Le savoir faire dans les centrales électriques à gaz, nucléaire, ou les énergies renouvelables seraient restées à 100% dans des mains françaises. Cette solution était infiniment préférable mais il aurait encore fallu qu’Arnaud Montebourg et François Hollande résistent, désobéissent à la commission de Bruxelles pour sauvegarder notre patrimoine et notre avenir industriel. Encore une fois, ils n’ont rien fait. Ils ont juste orchestré une opération de communication pour faire semblant d’avoir forcé la main de General Electric et d’avoir sauvé la technologie française dans les centrales électriques. Cette opération est inacceptable, c’est une véritable trahison de la volonté des Français doublée d’un mensonge.

    API Twitter non configurée.