Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Edito du FNJ (07/02/14) : Socialistes contre frontistes : la seule vraie opposition

Edito du FNJ (07/02/14) : Socialistes contre frontistes : la seule vraie opposition

Par Julien Rochedy, Directeur National du FNJ.

Par Julien Rochedy, Directeur National du FNJ.

Nous savions déjà que Marine Le Pen était considérée par les Français comme la meilleure opposante à François Hollande : depuis un an, tous les sondages vont dans ce sens. Cette semaine, deux grands débats télévisuels ont largement entériné ce sentiment des Français : lundi soir, Marine face à Moscovici, puis, jeudi soir, Florian Philippot face à Manuel Valls.

Deux débats importants, deux débats révélateurs en tout : sur l’économie, l’Europe, la famille avec Marine, sur l’immigration, l’insécurité et la liberté avec Philippot, soit l’ensemble des vrais sujets politiques dont il faut parler, sur lesquels les Français attendent des propositions, des idées et, surtout, de l’action publique.

Pour débattre de ces sujets si importants, les producteurs des émissions de télévision ne s’y sont pas trompés pour une fois : ils ont mis face à face deux visions radicalement différentes, excluant de fait les responsables de l’UMP, bien mal à l’aise de constater chaque jour que le gouvernement socialiste mène la même politique économique et européenne que celle de Nicolas Sarkozy président, et la même politique migratoire et sécuritaire que celle de Sarkozy ministre de l’intérieur.

Soumission à la politique allemande de Bruxelles ? Défense « à toux prix » de l’euro ? Politique de l’offre et de l’austérité plutôt que politique de la demande et de relance ? Immigration légale à hauteur de 200.000 titres de séjours délivrés chaque année ? Partout, entre la droite et la gauche, la même chose. Que peuvent dire les caciques de l’UMP au gouvernement ? Rien, trois fois rien. Laissons donc parler les vrais opposants : les frontistes.

Marine Le Pen a donc débattu avec le ministre des finances et le débat fut rude. Elle a proposé une remise en cause de l’Union Européenne telle qu’elle fonctionne actuellement, la récupération de l’outil monétaire, la mise en place d’un protectionnisme intelligent, le patriotisme économique pour nos entreprises, la relance par la demande de la consommation française, etc. A la fin du débat, Marine aurait pu prononcer Veni, Vidi, moscoVici, tant son constat et ses propositions apparurent comme justes dans le marasme économique et social dans lequel nous entraine chaque jour la gauche libérale.

Florian Philippot a quant à lui démonté l’imposture de Manuel Valls qui, s’il sait froncer les sourcils face aux caméras, est bien incapable de régler le problème de l’insécurité qui mine le pays. Le laxisme de la justice Française, couplé à une immigration massive – tant légale que clandestine – nous entraîne dans une société Française de plus en plus violente. Pour couronner le tout, Philippot accusa le ministre de l’intérieur de s’en prendre dangereusement aux libertés publiques alors que son rôle de ministre devrait plutôt l’incliner à les défendre.

Nous avons la démonstration que, en France en 2014, deux projets sont face à face : l’un, mondialiste, immigrationiste, ultra-libéral, anti-famille, anti-valeurs, européiste, est représenté par le parti socialiste et, il faut le dire, l’UMP. L’autre, patriote, par le Front National et le Rassemblement Bleu Marine. Le premier préside aux destinés du pays depuis déjà trente ans, avec les résultats que l’on connait… A quand le changement de cap ? Ça mes ami(e)s, ça va dépendre de nous, mais une chose est sûre : de plus en plus, les Français l’attendent.

    API Twitter non configurée.