Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Édito du FNJ (17/01/14) : Des mauvaises informations

API Twitter non configurée.

Édito du FNJ (17/01/14) : Des mauvaises informations

Edito du FNJ du 17/01/2014 : Des mauvaises informations

Edito du FNJ du 17/01/2014 : Des mauvaises informations

Nous avons appris pas mal de choses cette semaine, pour la plupart mauvaises dans les circonstances actuelles. La conférence de presse du président de la République n’aura, vous vous en doutez, pas fait exception en la matière. Alors même que la droite se trouve bien gênée aux entournures pour tenter d’y redire quelque chose (tant le président assume désormais une orientation libérale en tous points similaire à celle de Sarkozy) et que les éditocrates croient avoir enfin trouvé un Hollande nouveau (nouvelle gonzesse, nouveau programme, nouvelles lunettes), il a fallu que de notre côté nous faisions nos rabat-joies, alertés comme nous le sommes par la situation du pays et des réalités.

« Des réalités » : oui.

D’abord, celle du non-changement de François Hollande. On croit rêver quand certains osent raconter que cette conférence de presse serait un moment historique sous prétexte que les socialistes assumeraient enfin leur ultralibéralisme. Depuis 1983 et le tournant de la rigueur, on sait très bien que les socialistes portent leur nom bien illégitimement. Oui, Hollande est un enfant de Jacques Delors, un libéral, plus attaché à l’Union Europe et à ses dogmes ultralibéraux qu’à la justice sociale. Il a toujours été ainsi et le « pacte de responsabilité » qu’il a proposé est tout à fait dans sa ligne. Aucun changement donc.

Ensuite, la deuxième réalité, c’est que ce pacte ne changera pas grand-chose. Depuis des années, depuis que nous nous sommes attachés volontairement nos pieds et nos mains dans l’Union Européenne et l’Euro, le débat économique se résume à une gestion de la pénurie. On donne à l’un pour retirer à l’autre, on prend plus à untel pour arranger untel, etc. Nous ne parlons plus de création de richesses et de plans de relance, mais seulement d’une austérité qui nous est imposée directement par l’UE et par les marchés financiers. Revenons au pacte de responsabilité : vouloir soulager les entreprises des charges est une bonne chose, mais si ces allègements sont financés par des hausses d’impôts sur les ménages ou moins de dépenses utiles de l’Etat, à la fin, les entreprises ont moins de clients, moins de contrats, et donc ne peuvent plus embaucher. L’économie fonctionne par cercle vertueux ou cercles vicieux. Là encore, on reste dans la demi-mesure.

D’autant que, faut-il le préciser, la baisse des charges sur les entreprises ainsi décidée ne fait que suivre des immenses hausses depuis déjà 3 ans. Donc au final, en prenant un peu de hauteur, ce « pacte » n’est pas grand-chose.

En termes d’autres mauvaises informations reçues cette semaine, nous pouvons évoquer l’étude du Cevipof qui vient de nous montrer à nouveau que les Français n’avaient plus confiance en leur classe politique. Pire encore, les Français n’auraient même plus vraiment confiance en leurs propres voisins. Quelle est donc cette société anomique dans laquelle nous vivons aujourd’hui ? Pourtant, encore une fois, c’est une réalité : la classe politique UMPS qui dirige ce pays depuis déjà 40 ans a trahi les Français, et l’individualisme qui prévaut depuis l’adoption d’un modèle anglo-saxon (lequel ne sied pas du tout à la civilisation française) a sapé les bases de notre fraternité nationale. Il nous faut de l’air, et vite ! Et cet air nouveau, nous le savons, sera apporté par Marine Le Pen et le patriotisme qu’elle incarne.

Autre information, celle sur la démographie française : en 30 ans, la France aurait gagné 10 millions d’habitants. Or, le taux de fécondité des femmes françaises ne permet pas l’augmentation de la population, et nous savons même, de plus, que ce taux de fécondité est largement boosté par la natalité des français d’origine étrangère. Ceci nous permet de prendre conscience du changement de population qui se réalise sous nos yeux : ces 10 millions de nouveaux français proviennent, essentiellement, d’une immigration extra-européenne.

Dernière mauvaise information, celle sur la maîtresse de François Hollande, dont on se serait bien passé. La vie privée des hommes politiques ne nous intéresse pas et ne doit pas nous intéresser. Nous ne voulons pas des peoples, nous voulons des hommes politiques.