Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Édito du FNJ (06/12/13) : L’enfumage, spécialité du gouvernement

Jujul

Édito du FNJ (06/12/13) : L’enfumage, spécialité du gouvernement

Cette semaine aura encore eu droit à sa dose d’enfumages en règles de la part des enfumeurs qui nous gouvernent. Que croient-ils ces enfumés ? Qu’ils pourront dissimuler l’incendie par de la fumée ? Ce serait méconnaitre la nature des choses : plus ils font de la fumée, plus on sait que l’incendie se propage. A vouloir dissimuler leur nullité en matière économique et sociale, ils ne font que dévoiler que les maux dont ils sont la cause prennent de l’ampleur, surtout que, désormais, les Français ne sont plus dupes : à l’instar des détecteurs de fumées, ils ont dorénavant des capteurs d’enfumages…

…et ces enfumages sont toujours les mêmes ! Ils se découvrent d’abord par l’utilisation ampoulée de ce beau sentiment qu’est l’indignation. Quand vous voyez un ou une socialiste qui arrive sur un plateau télé avec une vraie tête d’acteur de théâtre jouant une pièce minable de tragédie, hop ! vous avez déjà compris ! Le voilà qu’il va vous parler de racisme ou que sais-je encore, tout ça pour mieux culpabiliser encore plus les Français qui, au chômage, dans la précarité, dans la peur, dans la déprime, n’ont vraiment pas besoin de ça…

Alors, pour nous enfumer, ils montent des pièces grotesques à tout bout de champ : la manifestation contre le racisme samedi dernier en était un bel exemple. Nos plus belles âmes ont sorti leur doudoune, bravant le froid et les crottes de chien dans la rue, pour clamer au monde leur résistance contre le racisme français ! Comme c’était beau ! Ils étaient quelques petits milliers partout en France dans l’indifférence générale. En vérité, ils faisaient de la peine… Il n’y a pas plus de péril raciste en France qu’il n’y a de péril de loups dans le Massif central, et les Français ont d’autres loups à fouetter, bien plus dangereux : ce qui nuit au « vivre-ensemble » aujourd’hui, c’est l’immigration massive, le multiculturalisme, l’abandon de l’assimilation, l’insécurité, l’individualisme et j’en passe… Pas le soi-disant « racisme des Français ».

Pour enfumer, le gouvernement lance aussi régulièrement des sujets de traverse. Un grand débat sur la prostitution un jour, un autre sur le cannabis le lendemain, à quand celui sur le mariage polygame ou le la liberté des petits oiseaux d’avoir accès au logement ? Nous ne voulons pas débattre de cela ! Nous voulons de grands débats sur l’euro, l’Europe telle qu’elle est, l’économie mondiale, le péril migratoire etc. ! Nous voulons de grands débats sur le cap politique du gouvernement, ce qui nous permettrait de vérifier que, justement, il n’en a pas !

Alors parfois, les socialistes enfument pour du vent. Cette semaine aura vu par exemple un cas d’école magistral : une annonce en grande pompe de la baisse du chômage pour vérifier, deux jours plus tard, que cette annonce était du bidon ! On se demande bien pourquoi oser une telle déconfiture… Etait-ce pour avoir au moins deux petits jours de répit ? Mais on s’en moque du répit du gouvernement ! Ce sont les Français qui, eux, mériteraient d’en avoir un peu, du répit !

Pour terminer, nous apprenons la mort de Nelson Mandela aujourd’hui. Tout le personnel politique mondial pleure et ressort leurs photos en compagnie du grand homme. En effet, Nelson Mandela a l’envergure mondiale d’un grand homme et il est à célébrer sur beaucoup de points. Mais ne nous y trompons hélas pas, le beau symbole qu’il était ne pouvait vita aeternam cacher les immenses difficultés de l’Afrique du Sud qui, d’un pays soi-disant « arc en ciel », est passé à l’orage de ségrégations hypocrites par l’argent, du racisme anti-blancs et d’une insécurité monstrueuse qui seule peut-être comparée à celle que vivent les pires pays d’Amérique du Sud. Pleurons l’homme donc, mais ce faisant, tâchons de garder un peu les yeux ouverts.

Par Julien Rochedy, Directeur National du Front National de la Jeunesse. 

    API Twitter non configurée.