Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Après le mariage, l’euthanasie pour tous ?

Après le mariage, l’euthanasie pour tous ?

942777_156909891146587_1807283773_n

Tribune libre de Véronique Fornilli, Secrétaire départemental du FNJ – Seine-et-Marne

Lors de la remise du Rapport Sicard sur la fin de vie en décembre 2012, François Hollande avait annoncé un projet de loi sur ce sujet pour juin 2013.

Dans le rapport qui porte son nom, le professeur Didier Sicard, tout en rejetant l’appellation « euthanasie », propose plusieurs alternatives possibles pour apporter une réponse à la délicate question de la fin de vie : Une réforme des directives anticipées qui permettent à toute personne d’exprimer par écrit et à l’avance ses souhaits quant à sa fin de vie, l’assistance au suicide et enfin « la possibilité d’un geste accompli par le médecin, accélérant la survenue de la mort».

Le dernier point fait écho à un engagement de campagne du candidat Hollande. Dans le projet qu’il avait dévoilé le 26 janvier, il proposait que « toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ».

De même, le 3 mars 2012, Marisol Touraine, actuelle ministre des Affaires Sociales et de la Santé, qui était alors chargée des questions sociales et de santé dans l’équipe de campagne de François Hollande, avait affirmé : « Nous constatons que la loi dite Leonetti, de 2005, permet le laisser mourir. Aujourd’hui, il s’agit de permettre d’aider à mourir » (1) .

Il est également intéressant de noter que François Hollande, alors député de Corrèze, avait voté en faveur du projet de loi relative à la fin de vie débattue à l’Assemblée Nationale le 24 novembre 2009 qui proposait la possibilité « d’une assistance médicalisée pour mourir dans la dignité » (2). Ce projet de loi avait d’ailleurs été déposé par un groupe de députés parmi lesquels, Marisol Touraine, aujourd’hui ministre de la Santé, Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre ou encore Christiane Taubira, garde des Sceaux.

Au regard de ces éléments, on peut raisonnablement craindre que le projet de loi à venir ne rouvre le débat sur la légalisation de l’euthanasie (quel que soit le nom que les ministres socialistes choisiront de lui donner). Il y a fort à parier que le Front National qui dès 2012 avait tenté d’alerter l’opinion sur les risques de dérives d’un tel projet, notamment le risque de voir apparaitre des euthanasies au but plus financier qu’humaniste, ne représente la seule opposition solide à cette proposition.

Préparons-nous donc à mener ce débat et à entrer en résistance contre ce que Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du FN chargée des Affaires Sociales, avait très justement qualifié de « législation de l’assassinat ».

(1) : http://www.liberation.fr/societe/01012393613-un-droit-sur-la-fin-de-vie-comme-il-y-a-un-droit-sur-l-ivg

(2) : Proposition de loi relative au droit de finir sa vie dans la dignité : http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1960.asp

    API Twitter non configurée.