Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Chômage : l’échec

Chômage : l’échec

Sans titre

 

Tribune libre de Rémi Martin, membre du Bureau FNJ – Savoie

 Le chiffre des demandeurs d’emploi vient de dépasser le niveau record de 1997, malgré la guerre des chiffres nous en sommes à plus de 5 millions de chômeurs.

La Savoie n’est qu’un exemple parmi d’autres mais le chômage de masse nous touche de plus en plus ; en tant qu’artisan, je suis plus que touché par cette triste réalité et je ressens au quotidien cette menace de la précarité que nous fait subir les politiques ultralibérales menées conjointement par la gauche et la droite.

Pour preuve : Metaltemple, fleuron de la métallurgie savoyarde (sous-traitant historique de PSA, Renault, BMW, Volkswagen) est en liquidation judiciaire, pourtant son carnet de commande est plein.

En effet, à force de tirer les prix de nos sous-traitants vers le bas pour pouvoir concurrencer des pays à bas coût, on limite la capacité d’autofinancements de ces entreprises. Mais à l’heure où les banquent ne prêtent plus et où la consommation se réduit massivement, nous voyons notre industrie et notre savoir-faire qui stagne et peu à peu disparait… Metaltemple : 212 familles de plus touché par le chômage, une région affaiblie, encore plus de souffrance et de misère sociale, du gâchis…

Autre exemple d’une entreprise locale : Vertaris, une entreprise de papeterie qui imprimait de nombreux journaux ou tract départementaux, a vu ces dernières années défiler de nombreux « patrons », que l’on appellera financiers. Pour nourrir leur avidité, ils ont fait subir restructurations sur restructurations (ou « plan social » dans la novlangue) et vente de nos machines française (dans ses entreprises étrangères ou la main d’œuvre est à bas coût). 22 personnes de plus sur le carreau… Encore une situation humaine et économique désastreuse pour la Savoie.

Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres qui servent à prouver l’échec des politiques successives qui frappe la France depuis maintenant plus de 40 ans. Cet échec a des conséquences désastreuses qui débordent largement le champ économique : il alimente le sentiment de déclassement minant les catégories populaires et les classes moyennes, il est un puissant facteur de désintégration sociale et d’amenuisement de la valeur du travail, et il nourrit également les tensions au sein de la société, contribuant ainsi au développement de l’insécurité.

    API Twitter non configurée.