Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Saccage du service public à Persan-Beaumont (95)

Saccage du service public à Persan-Beaumont (95)

551379_156907764480133_513298018_n

Communiqué de presse de Donatien Véret, Secrétaire départemental du FNJ – Val-d’Oise.

Révélée en janvier par le site acteurspublics.com, la liste des fermetures de commissariat se précise : parmi ces fermetures (Dinan, Guebwiller, Castelnaudary, Romorantin) figure celle du commissariat de police de Persan-Beaumont.

Cet ensemble, formé par les villes de Persan et de Beaumont, est un concentré de problèmes typiques de la « zone urbaine sensible » : trafic de stupéfiants, circulation d’armes, petite délinquance, immigration anarchique, clandestinité, communautarisme, mini-émeutes, alcoolisme des mineurs et des jeunes adultes, chômage massif, misère intellectuelle et anomie sociale…

Les policiers sont confrontés tous les jours aux outrages, à la violence, au pourrissement lent et inéluctable de la situation, dans l’indifférence générale. La cité dite « le Village » en est le symbole.
L’annonce de la fermeture de ce commissariat qui emploie plus de 100 fonctionnaires de police, et qui avait reçu des primes de mérite collectif, sonne comme un énième abandon de la République française : en bon clone de M. Sarkozy, M. Valls s’agite mais n’agit pas. Persan-Beaumont passera ainsi en zone gendarmerie, avec des délais d’intervention bien plus lents, des horaires d’ouverture réduits et des effectifs moins nombreux et moins au fait du milieu urbain. Les habitants de l’Oise situés à proximité devront augmenter leurs frais d’essence pour se rendre dans des commissariats plus lointains, sans compter la désertification qui menacera ces territoires.

Le plus scandaleux, c’est la méthode : les hommes et les femmes servent de variables d’ajustement, les mutations ne sont pas encore fixées, il est impossible de préparer son déménagement dans des conditions dignes. Aucune annonce de M. Valls, pas de note de service pour annoncer la fermeture fixée au 1er septembre 2013, le lâchage de la direction qui ne connaît plus depuis longtemps les réalités du terrain. Il se murmure même que cette fermeture serait liée à des différends politiques entre le Président de la République et M. Poniatowski. Sans compter l’inquiétude profonde des administrés, qui verront leur sécurité se dégrader (et ce n’est pas la police municipale, très réduite, qui pourra l’empêcher – même au prix de hausses des impôts locaux). On assiste de fait au « rationnement » de la sécurité, voire à sa privatisation : ceux qui auront les moyens de se protéger le feront, en choisissant un lieu géographique épargné, ou des moyens de surveillance privée, les autres subiront. La République se délitera ; patrimoine de notre identité française et de notre modèle social, les services publics disparaitront.

Pendant que les NKM, Fillon, et autres Wauquiez se demandent si nous sommes fréquentables (mais nous a-t-on demandé, à nous, si nous voulions les fréquenter?) et dissertent sur le sexe des anges ou « l’arc républicain », voici ce que les Français subissent du fait de leur laxisme, de leur immigration dérégulée, de leurs erreurs socio-économiques majeures, de leur abandon des principes républicains et nationaux.
Le FN du Val d’Oise se mobilisera évidemment pour les Persanais et les Beaumontois dans les tout prochains jours.

    API Twitter non configurée.