Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Petites trahisons entre amis

Petites trahisons entre amis

942777_156909891146587_1807283773_n

Par Véronique Fornilli, Secrétaire départemental du FNJ – Seine-et-Marne

Depuis quelques mois, nous pouvons entendre les principaux leaders de l’extrême gauche fustiger l’action de François Hollande et du gouvernement Ayrault. Pourtant, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly, candidats à l’élection présidentielle de 2012 respectivement pour le Front de Gauche et Europe Ecologie les Verts, s’étaient empressés, dès le soir du premier tour, d’appeler à voter pour François Hollande.

Mais depuis ils auraient été déçus par celui qu’ils ont contribué à placer à l’Élysée.

Marine Le Pen pourrait aisément leur répondre : « On vous l’avait bien dit ». En effet, la candidate du Front National avait prédit dès la campagne présidentielle que les belles envolées lyriques de François Hollande contre la finance internationale resteraient lettres mortes. Comme nous l’avions prévu, les promesses de justice sociale du candidat Hollande ont été bien vite oubliées et le changement que le peuple de gauche attendait tant n’est jamais venu.

Un an après l’élection, la politique de François Hollande et Jean-Marc Ayrault reste dans la droite ligne de celle du gouvernement précédent : Européisme fou, immigration incontrôlée, libéralisme poussé à l’extrême…  Mis à part quelques réformes sociétales, François Hollande poursuit la même politique que son prédécesseur et les résultats sont édifiants. Le chômage atteint des niveaux record tandis que la côte de popularité du Président chute inexorablement.

Alors Jean-Luc Mélenchon se dit « déçu » par François Hollande. Les militants du Front de Gauche multiplient les manifestations contre les dirigeants socialistes, comme ce fut le cas il y a quelques semaines lors de la venue de Claude Bartolone en Seine et Marne pour l’inauguration de la permanence du député de la 10ème circonscription. Quelques militants munis de drapeaux du FDG et du PCF ont accueilli bruyamment le président de l’Assemblée Nationale, sans oublier de lancer une flopée d’insultes aux militants du FN local venus distribués des tracts pour défendre l’emploi et la sécurité des français.

Ce dimanche 5 mai, la gauche de la gauche manifestera donc à Paris, avec en tête de cortège Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly. Doit-on y voir une volonté sincère de s’opposer au pouvoir en place ou un simple coup de com ?

Allez, accordons-leur le bénéfice du doute et attendons de voir si le FDG et EELV se passeront de faire des alliances avec le PS aux prochaines élections…

Les paris sont ouverts !

    API Twitter non configurée.