Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Europa City : un projet fou

Europa City : un projet fou

gonesse_ph_guignard_201011_a095d1992

 

Communiqué de presse de Donatien Véret, Secrétaire départemental du FNJ – Val-d’Oise

C’est sur les terres du triangle de Gonesse (95) que se prépare un projet de grande envergure : Europa City, décrit comme un centre commercial gigantesque, un espace de loisirs et un pôle « culturel »… Un complexe de 80 hectares porté par le groupe Auchan où sont prévus 230 000 m2 de galeries marchandes, 2 700 chambres d’hôtels, des salles de spectacle, un cirque, un parc d’attraction de 50 000 m2, un parc aquatique avec surf et spas, des pistes de ski d’intérieur (!). Frappé d’hubris, Jean-Pierre Blazy, député-maire PS de Gonesse, veut son « Notre-Dame-des-Landes » !

Aucun chantage à l’emploi ne peut justifier l’existence de ce projet pharaonique d’abêtissement généralisé, qui divise la gauche régionale elle-même. Les environs sont déjà saturés de centres commerciaux, dont certains en difficulté financière. Le grignotage des terres du département, pourtant fertiles, se poursuit, alors que la discussion pourrait s’engager sur la spécificité de l’Île-de-France, espace mondialisé où perdurent des enclaves agricoles. Enfin, le risque est grand de pressurer plus encore les centres-villes voisins de ce futur centre commercial, dont bien sûr celui de Gonesse déjà affecté par la fermeture de la librairie et l’implantation, à la place du marché couvert, d’un « Casino » aux prix trop élevés. La création d’un emploi dans une grande surface peut conduire à la destruction de plusieurs emplois dans les petites structures locales.

Si Jean-Pierre Blazy souligne la nécessité pour Gonesse de ne pas rester « un coin de banlieue répulsif » (ses administrés apprécieront), il convient pour cela de s’intéresser aux vrais enjeux de la ville. La lutte contre l’insécurité et le trafic de drogue, qui gangrènent les transports et les quartiers d’Orgemont et de la Fauconnière, doit se mener avec la plus grande fermeté. Il faut engager une réflexion sur une politique industrielle ambitieuse, qui aura un effet d’entraînement sur toute la ville et créera de la valeur ajoutée : un pôle aéronautique pourrait se constituer sur le modèle de l’entreprise EADS SECA implantée à Gonesse, en profitant de la proximité de l’autoroute A1, d’entrepôts logistiques, de l’aéroport du Bourget et de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Il faut enfin se pencher sur les offres de formation proposées aux chômeurs et sur l’ouverture de classes préparatoires au lycée René Cassin, promesse de Jean-Pierre Blazy que l’on attend toujours…

    API Twitter non configurée.