Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Compte-rendu du Conseil d’arrondissement du 11ème : Un bilan loin d’être positif.

Compte-rendu du Conseil d’arrondissement du 11ème : Un bilan loin d’être positif.

179112_4087056985175_2136915772_n

Par Gaëtan Dussausaye, Secrétaire départemental du FNJ – Paris

Ce lundi 18 mars, au soir, se tenait un conseil d’arrondissement au sein de la mairie du XIe arrondissement. Soucieux de la bonne activité de la municipalité, dans le seul objectif de servir les habitants du XIe arrondissement, sept militants du Front National se sont retrouvés pour assister au conseil. Le bilan est loin d’être positif.

Conformément aux directives données par la municipalité de Paris, le maire du XIe arrondissement, Patrick Bloche (PS) a ouvert les festivités sur la question de la réforme des rythmes scolaires. Les échanges, entre élus au conseil d’arrondissement (seulement), furent extrêmement superficiels. On vante d’un côté les quelques concertations publiques organisées par la majorité, durant lesquelles de nombreuses critiques, faites pas les professeurs et les parents d’élèves, n’ont pas été prises en compte.
De l’autre, on réclame un « référendum »… On ne se lassera jamais de ce recours ultime au référendum lorsque tout semble échapper au parti « opposé ». Toutefois, les Français ne sont pas dupes. Que ce soit à travers la question de la réforme du système des retraites sous Nicolas Sarkozy, du projet de loi de Taubira, accordant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels, ou pire encore de la signature du Traité de Lisbonne en 2007 par les responsables politiques de gauche comme de droite, trahissant ainsi la volonté du peuple, qui s’était exprimé contre cette constitution européenne lors du référendum de 2005, nous savons pertinemment que le recours au référendum est loin d’être une tradition du système UMPS, et qu’il cache en réalité, que de simples calculs d’intérêts politiques et électoraux.

Après près d’une heure et demie de non-débat, il était temps de fermer ce premier dossier pour se saisir d’un second, et non des moindres : les nouvelles et multiples subventions aux association méconnues du XIe arrondissement. Ainsi environ 1 130 000 € de subventions furent votés à l’UNANIMITÉ ! Outre l’importance de cette somme versée sans la consultation des habitants du XIe arrondissement, il est étonnant de constater que les élus de l’UMPPA ont également voté en faveur d’une subvention municipale de près de 57 000 € à FNACA, association réputée pour être étroitement liée au Parti Communiste Français (PCF) !

Enfin, les élus commençant à quitter le conseil les uns après les autres, avant même la fin de la séance, il n’y eut de meilleurs moments pour lancer un nouveau faux-débat : le droit de vote des étrangers extra-communautaires. Tout d’abord il est important de souligner le fait que cette modification radicale du code de la citoyenneté et de l’acquisition de la nationalité française ne peut être décidée à  l’échelle municipale. Il n’est donc ni le lieu, ni le moment pour parler d’une telle proposition !
De plus, la réaction des élus de « l’opposition » fut tout particulièrement faible face à l’ampleur des dégâts que promet l’aboutissement de ce projet ! A aucun moment, monsieur Bohbot n’a donc clairement exprimé son opposition à cette réforme ! Seul l’argument de non-urgence fut appuyé au cours de ce débat. Le Front National rappelle son opposition ferme à ce projet de loi !

Le Front National du XIe arrondissement :

– Dénonce chacun de ces débats superficiels utilisés dans le seul but de cacher la non-préoccupation de la municipalité envers ses citoyens ;

– s’indigne de l’importance des dépenses budgétaires au profit d’associations méconnues de l’arrondissement !

Avec le Front National, demandons un changement véritable de l’activité de la municipalité, pour que celle-ci n’agisse qu’avec les citoyens du XIe arrondissement et dans leur seul intérêt !

    API Twitter non configurée.