Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Le syndrôme Dupont-Aignan : le souverainiste qui ne s’assumait pas

Le syndrôme Dupont-Aignan : le souverainiste qui ne s’assumait pas

nicolas_reynes
Tribune de Nicolas Reynès, secrétaire départemental FNJ du Nord.
Au cours du mois de février, des affiches placardées sur les murs de Lille annonçaient que Nicolas Dupont Aignan en visite dans le Nord Pas de Calais tiendrait une conférence dans l’IEP de Lille. Devant un public de militants de divers mouvements, d’étudiants et de curieux, il s’y est présenté comme le seul capable de rassembler les Français face à l’Europe technocratique de Bruxelles. Toutefois, il s’est empressé d’accuser le Front National d’être « extrémiste » et une « caricature de parti ». Continuant dans le paradoxe, il déclare vouloir nommer Marine Le Pen premier ministre dans son, très proche selon lui, futur gouvernement tout en la qualifiant quelques instants plus tard d’« extrémiste de droite » et d’« antirépublicaine ».
Monsieur Dupont Aignan se rend-il compte de l’absurdité de ses propos ? Se présenter comme le représentant du souverainisme tout en insultant le FN et les 20% de Français qu’il représente ? Proposer de façon hautaine un poste subalterne à Marine Le Pen qu’il ne cesse de rabaisser alors que lui-même n’a obtenu que moins de 2% aux Présidentielles? Monsieur Dupont Aignan semble avoir
oublié que plus de 6 millions de Français ont choisi Marine Le Pen pour les représenter et qu’ils ne se laisseront pas manipuler par un discours qui alterne faux compliments et insultes. Au contraire, le malheureux ex-candidat à la présidence de l’UMP montre une fois de plus qu’il continue de jouer le jeu de l’UMPS et de cette Europe de Bruxelles qu’il assure pourtant combattre.
    API Twitter non configurée.