Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Article paru dans le journal d’Aix les Bains le 29 janvier

Article paru dans le journal d’Aix les Bains le 29 janvier

71806_476184325777811_1194912053_n

Article à consulter ici

Si la manœuvre visait à ringardiser ses futurs adversaires, le Front National a manifestement marqué des points le week-end dernier à Aix les Bains. Pour ses véritables premiers pas dans l’arène politique locale, le FN avait choisi de mettre en avant ses plus jeunes représentants. Résultat : il y avait autant de différences entre ce premier rendez vous du FN et une réunion de l’UPA ou de l’UMP locale, qu’entre une rentrée étudiante et un conclave à Rome.

Loin de l’image du jeune frontiste aux cheveux aussi ras que ses idées, les participants à la réunion de samedi dernier avaient plutôt adopté le style Philippot, du nom de cet énarque qui s’est récemment imposé aux côtés de Marine Le Pen.

Tenue sobre, voix parfaitement posée, se gardant bien de tout excès, les trois intervenants à la conférence de presse auraient pu impressionner la gent journalistique locale et départementale si elle s’était déplacée en nombre. Las, pour eux, c’est devant les seuls représentants du daubé et d’un hebdo local que les jeunes frontistes se sont exprimés. Une désaffection qu’ils avaient dû envisager puisqu’ils ont pris la précaution d’enregistrer leurs interventions et de mettre le tout sur youtube. On sent déjà à ce genre de détails que la communication politique aixoise va changer d’allure…

Objectif: faire mal à l’ancien trésorier de l’UMP

Sur les déclarations qui ont été faites à l’occasion de la conférence de presse, pas grand chose de saillant à retenir sinon que le FN entend porter le débat sur la nécessité de remplacer une classe politique qui a montré ses limites dans tous les domaines par des gens nouveaux, sans tache, sans passif. Et de commencer cette reconquête par les municipales de 2014. Une volonté que le jeune David Berton, qui ne semble douter de rien et encore moins de lui-même, a résumé ainsi : « L’ancien trésorier (de l’UMP) risque d’avoir mal, très bientôt ». Voilà un remake moderne de David contre Goliath que le jeune frontiste, étudiant en licence d’art dramatique, semble envisager avec la confiance inhérente à sa jeunesse.

Fini le temps des complexes

Car en fait, ce qui est le plus remarquable dans la réunion de samedi, c’est avant tout qu’elle se soit tenue. Une grande première à Aix les Bains où le FN n’avait jamais eu d’implantation officielle et où il entend s’installer, sans complexe. Ainsi, pour cette première, plutôt qu’une arrière salle de restaurant, le FN avait choisi pour cadre le Centre des Congrès, bâtiment qui appartient à la municipalité. Comme une façon de prendre pied dans la ville. Loin de rester confinés entre les murs, les jeunes frontistes se sont également offert une escapade en ville. Ce fut l’occasion pour D. Berton de montrer à ses condisciples qu’il avait déjà de nombreux soutiens chez les commerçants. Le temps des complexes étant derrière eux, les jeunes militants n’ont pas hésité à s’arrêter pour la photo souvenir, en plein centre ville, devant le monument aux morts.

Après quoi ils se sont livrés à une opération communication sur le marché même, un samedi matin, jour de forte affluence. Si l’on osait une comparaison animale, et on va l’oser, on pourrait dire que les jeunes mâles sont venus marquer le territoire du vieux mâle, histoire de bien lui faire comprendre qu’ils vont revenir et que ses jours de toute puissance sont désormais comptés.

Un Front, entre 20 et 35 % ?

En attendant des combats plus épiques, l’arrivée du Front National dans le débat politique local va très certainement rebattre les cartes. Depuis 2001, si l’UMP domine largement le débat politique aixois, c’est que, très habilement, Dord avait su circonvenir les présumés représentants des idées du FN et les avait incorporés dans ses listes (il avait d’ailleurs fait de même avec certains de gauche !). Aujourd’hui que le Rassemblement Bleu Marine a décidé de partir à la conquête de la ville, l’UMP va perdre incontestablement cette force d’appoint qui ne disait pas son nom. Alors, quel est le véritable poids de cette autre droite à Aix les Bains ? On peut aisément la situer entre 20 et 35%, si l’on considère qu’un total inconnu de 82 ans, sans implantation locale, avait obtenu 20% au premier tour des cantonales 2011 pour finir à 35% au second, en étant opposé au sortant UMP.

On redistribue les cartes

Or avec un Front à 30% et une gauche qui tournerait autour de ce score (un peu plus de 28% en 2008) D. Dord, ou tout autre candidat UMP ne peut plus espérer obtenir la majorité absolue des voix pour les prochaines municipales. En 2008, D. Dord, alors au sommet de sa gloire, avait réalisé un score de 62%. Ce temps là est révolu. En 2014 Dord sera ou bien absent du débat ou bien considérablement affaibli. Voilà pourquoi l’entrée en lice du Front National est en train de rebattre les cartes… Avant de les redistribuer.

    API Twitter non configurée.