Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

Si la francophonie est menacée, c’est une part de la France qui l’est aussi.

Si la francophonie est menacée, c’est une part de la France qui l’est aussi.

francois_razumowski

Tribune libre de François Razumowski, Secrétaire départemental du FNJ – Hauts-de-Seine

On estime aujourd’hui le nombre de locuteurs réels du français à environ 250 millions, selon l’ensemble des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie. Pour certains, le français est la langue maternelle de la grande majorité de la population (France avec ses départements et territoires d’outre-mer, Québec, partie acadienne du Nouveau-Brunswick, zone francophone de l’Ontario au Canada, Région wallonne et la majorité des Bruxellois en Belgique, Suisse romande, minorité de Jersey, Val d’Aoste, principauté de Monaco). Pour d’autres, le français est la langue administrative, ou une deuxième ou troisième langue, comme en Afrique subsaharienne.

En 1950, Albert Camus écrivait dans ses carnets: « Ma patrie, c’est la langue française ». La francophonie est présente sur les cinq continents car la langue de Malherbe est la langue de la culture, du commerce, de la recherche, de l’industrie et de la diplomatie. Tous les locuteurs de la langue de Malherbe partagent tous un certain nombre de traits culturels : leur idéologie puriste, la politisation de la culture, le sentiment d’exception culturelle, la centralité de la France, le rapport d’amour-haine à l’anglais. Il faut savoir que les francophones sont partout.
Depuis la fin XXème siècle, on voit que la francophonie est en déclin.
Certains faits sont assez inquiétants et menacent le statut de la langue Française comme langue de communication mondiale.

1) L’extension de l’organisation de la Francophonie à des pays de moins en moins francophone : Les deux exemples les plus criants étant le Qatar et l’Arménie qui sont deux pays où le Français est faiblement présent.

2) Le déclin (souvent au profit de l’Anglais) du statut du Français comme langue officielle ou administrative. : On peut constater la politique de défrancisation du Rwanda et le recul lent du Français au Liban.

3) La disparition de la langue de Molière et de l’élite Francophone dans un certain nombre de pays depuis les années 1980 : L’illustration la plus forte étant le Vietnam le Laos le Cambodge et l’Egypte.

Alors que des pays comme les Etats-Unis, la Russie, la Turquie ou plus secondairement la Chine ont parfaitement identifié l’enjeu linguistique en dehors de leurs frontières, la France pour sa part réagit trop tard. Nos gouvernements ont tout lâché sur la francophonie. Ils n’ont jamais considéré celle-ci comme une œuvre sérieuse. Or l’Anglais n’est jamais la première langue mondiale que parce que les Etats-Unis sont la première puissance mondiale.

Cette situation doit changer. Une politique de promotion de la francophonie patriotique digne de ce nom avec un réengagement des politiques bilatérales de soutien à la langue française sera conduite si nous arrivons au pouvoir .Les sommets de la Francophonie (multilatérale) redeviendront un levier de notre politique étrangère, à l’instar du Sommet Chine-Afrique que Pékin a initié en 2006.

    API Twitter non configurée.