Retrouvez le FNJ sur les réseaux sociaux

ENS : le FNJ Paris s’invite à une conférence anti-Front National !

ENS : le FNJ Paris s’invite à une conférence anti-Front National !

 

Mardi 4 décembre était organisée, par la section PS de l’École Normale Supérieure (ENS) Ulm, une réunion publique portant sur « l’histoire et les évolutions récentes du Front national. « Marinisé », le FN a-t-il changé ? », dont le principal objectif consistait en réalité à se demander « comment la gauche peut-elle, doit-elle lutter contre un FN « relooké » ? ».
Fort de la présence de plusieurs détracteurs intellectuels (on compte parmi eux Nicolas Lebourg, historien et auteur du livre Dans l’ombre des Le Pen. Les numéros 2 du FN ; Philippe Cohen, reporter à Marianne et auteur du récent ouvrage Le Pen. Une histoire française ; Sylvain Crépon, sociologue et auteur de Enquête au cœur du nouveau Front National) c’est avec plus de 30 minutes de retard, que nos 6 jeunes militants ont pu assister à un carnage intellectuel de tout esprit républicain et démocratique consistant à déterminer point par point tous les moyens de lutter contre un seul et même parti, le Front National.

Les mots sont durs : il faut « combattre le FN différemment », faire disparaître « la légende noire de Le Pen », « ce diable de la République », qui selon Monsieur Cohen, était « méchant à l’école, puis tortionnaire, théoricien nazi et bien entendu raciste et antisémite ». Toutefois, quelques vérités ont été dévoilées au grand jour ! Monsieur Lebourg a ainsi affirmé que « SOS Racisme a été constitué par Mitterrand dans le seul but de rassembler les jeunes autour d’un même combat, celui mené contre le Front National ». Quelques minutes après, il parle également de « l’abandon du Peuple par la gauche, et l’abandon de la Nation par la droite ». On n’oubliera pas également les aveux de Monsieur Crépon affirmant que « le recrutement au PS se fait seulement par les diplômes », ou encore que « la stratégie de la gauche face au FN est un véritable échec ».

Ainsi, nos 6 jeunes militants du Front National de la Jeunesse (FNJ) de Paris ont assisté à plus de deux heures non de débat, mais d’exposé du nombre de diplômes obtenus et du nombre d’ouvrages écrits … La preuve. Un de nos militants, souhaitant lancer le débat jusqu’alors inexistant, a pris la parole et demandé : « Monsieur Cohen, vous parliez, suite à la publication de votre livre Le Pen. Une histoire française, d’un acharnement médiatique. En d’autres termes, vous avouez qu’il existe dans les médias français une véritable violence envers toute personne issue du Front National ou toute personne cherchant à en montrer un autre visage, peut-être plus réaliste. On connaît également l’acharnement politique, dont est victime le Front National, notamment lorsque des cadres de l’UMP appelle à voter PS, lors d’une triangulaire avec un candidat FN-RBM, ou encore lorsque la direction du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) ont ordonné à leurs militants, durant la campagne présidentielle, de ne participer à aucun débat qui les opposerait à un représentant du Front National. Mais à votre avis, ne serait-il pas plus judicieux, de faire le pari et ainsi de laisser les membres du Front National s’exprimer comme tout autre parti politique français, d’exposer et de détailler chacune de ses idées et de ses propositions qui font son programme, et par conséquent de laisser les Français, seuls, juger par eux-mêmes ? ». Bien entendu, la non-réponse fut immédiate : « Autrement dit, vous dîtes que toute l’enquête que je me suis fait chier à faire pendant deux ans n’aura strictement servi à rien ? Non on ne peut pas laisser faire ça … Tout ce travail de recherches, de décryptage est très important. On ne peut pas laisser le FN s’exprimer seul. Vous n’imaginez pas cette pression psychologique à laquelle j’ai été exposé lorsqu’on m’a désigné comme lepéniste … ».

Une nouvelle fois encore s’exprime sans tabou, dans une salle de 40 sympathisants socialistes devant 6 jeunes militants frontistes, cette volonté systématique d’interpréter chacune des paroles et idées du Front National. A les entendre, une seule chose est certaine : ces intellectuels appartenant à la classe médiatique et politique ont peur de nous, car notre victoire est plus que jamais annoncée !

Face à l’impérialisme intellectuel bien pensant du monde médiatique et politique du système,  c’est à nous de créer le débat ! A nous de défendre le peu de démocratie encore en vie ! A nous de former ce rassemblement patriote et national, seule véritable alternative au système UMPS, à l’européisme fédéral et au mondialisme.

    API Twitter non configurée.